Le "Non" d'opposition chez l'enfant arrive la fameuse année de terrible two.

Et puis, après,  l'enfant voit que c'est dans son intérêt ou celui de l'endroit où il se trouve de ne pas toujours dire "non". (Je vous accorde que tous les enfants ne le voient pas de cet oeil là.)

Il y a les enfants qui sont toujours dans le "non" par provocation et puis, il  y a les enfants plus conciliants de nature, plus effacés qui n'arrivent pas à dire "Non".

 

Dans ma façon d'éduquer mes enfants, j'ai instauré le droit au "Non".

Oui, ce n'est pas parce que l'on est parent qu'il faut imposer quelque chose, je ne me considère pas toute puissante les concernant.(sauf quand il s'agit de leur sécurité.)

Par exemple dans le domaine de la nourriture, je n'impose rien. Cela me faciliterait la vie, oui ! Mais, moi, ce que je cherche à développer chez mes enfants, c'est le plaisir de manger des choses bonnes pour eux...et même si les brocolis sont plein de vitamine C, je ne force pas ceux qui n'aiment pas à en manger.

A certains de mes enfants, j'ai du leur apprendre à me dire "Non" en face, plutôt que d'aller râler dans leur chambre. Le "Non" peut être constructif. Le "Non" peut amener un dialogue, une explication...Il peut laisser de la place pour le point de vue des deux parties.

 

Il y a le "Non", parce que ce qu'ils me demandent me fait peur...et puis après reflexion, je dis "oui"...parce qu'il faut que je les laisse grandir.

Il y a le "Non", quand je suis en colère...qui du coup, répond à un besoin à moi, non satisfait (mais ça, c'est un autre sujet).

Il y a le "Non", préventif, quand je suis surprise par leurs demandes....et souvent, le temps de la reflexion m'amène à dire "oui".

 

Et puis, il y a le fameux "Non" que j'apprends encore à certains de mes enfants :

Le "Non" à un camarade de classe trop directif dans sa façon de faire.

Le "Non" pour ne pas accepter d'entendre des mots qui peuvent faire mal.

Le "Non" pour se faire respecter en tant qu'individu.

 

Oui, parfois, il faut dire "Non" pour se faire entendre...se faire respecter.

J'ai mis 40 ans avant de pouvoir dire "non".

Mes enfants sont les premiers à m'avoir appris à dire "non" et j'ai mis des années à le mettre en pratique dans ma vie d'adulte.

Comme je l'ai dit encore hier au soir, à l'un de mes enfants, il ne faut pas avoir peur de dire "non".

 

Il ne faut pas avoir peur de dire "non" de peur de ne plus être aimé.

 

On ne dit pas "oui" pour être aimé...sinon c'est que ce n'est pas un vrai "oui"...et c'est là, que la souffrance commence, car la seule et unique personne à qui on doit dire "oui", c'est d'abord soi-même.

 

40148f2ffd5b92f843cda16b23a9af0b--non-non-alb

photo trouvée sur le net

Séverine