Maman de Tribu...apprend

26 novembre 2017

Apprendre à faire "Pause"

- Blog en pause -

 

Vous pouvez toujours me suivre sur ecristabio.canalblog.com

Vous pouvez toujours me suivre sur Instagram @severinemamandetribu

Parce que dans la vie, il faut apprendre que l'on ne peut pas tout faire...même si on a très envie de les faire...il faut donc apprendre à mettre en pause certaines choses...

Séverine.

 

4155874312

Posté par Maman de tribu à 09:59 - Commentaires [1] - Permalien [#]


13 novembre 2017

Apprendre à relativiser

Quand j'étais jeune, je vous parle de cela, il y a plus de 25 ans, et bien j'étais vieille.

J'avais des tas de principes.

Aujourd'hui, où j'entre de pied ferme dans la deuxième partie de ma vie, et même si je n'aime pas dire que je suis vieille, car ce n'est pas le cas, mais oui, je suis plus vieille qu'il y a 25 ans...d'ailleurs c'est moi, ou j'ai un manque de vocabulaire...dans la vie on est jeune ou vieux ? Il n'y a pas de mots intermédiaire ?...?

Je reprends donc le fil de ma pensée, aujourd'hui, j'ose dire que je suis plus "vieille" qu'il y a 25 ans et pourtant tellement plus jeune.

Je n'ai plus beaucoup de principes. Remarquez après avoir eu 6 enfants et divorcé deux fois, c'est un p'tit peu normal non ?

Par contre, j'ai des valeurs qui sont chères à mon coeur.

Tout ça pour dire, qu'encore une fois, un de mes enfants m'a fait aller dans mes derniers retranchements...et vient peut-être d'abattre le dernier principe auquel je croyais être attaché.

 

Je vous raconte l'histoire qui va peut être vous sembler tellement futile, mais c'est mon chamboulement à moi.

Monsieur 9 ans et demi se laisse pousser les cheveux depuis plus de 6 mois maintenant. Que ça peut être moche...mais moche. Je ne reconnaissais plus mon petit garçon au visage poupon. Il avait sa mèche (dans les yeux) à la Justin Bieber avant. Mais que ça peut être moche !!! Ne voulant pas brider son envie de style (moche), je laissais faire en serrant les dents. Un jour, je n'en pouvais plus, je lui ai proposé une alternative la tondeuse à la main (oui, je suis très diplomate parfois) : 

- ou je lui coupais les cheveux (oui, je suis devenue coiffeuse dès que je suis devenue maman...ah, oui, et puis infirmière, psychologue, femme de ménage, cuisinière, couturière, prof, et tant d'autres corps de métier...mais je m'égare là.)

- ou il s'attachait les cheveux. 

Oui, j'étais prête à se qu'il ait une queue de cheval, un chignon, n'importe quoi pour que je revoie à nouveau son visage.

(...)

Et à ma grande surprise, il a dit :

- "ok pour le chignon !"

J'étais impressionné par son choix. Il faut l'assumer quand même du haut de ces 9 ans et demi et de sa petite taille (il fait une tête de moins que tous les enfants de son âge)...Je lui ai quand même coupé  les cheveux sur les côtés, mais à peine.... et maintenant je me retrouve avec un garçon tout droit sorti du dessin animé Mulan à la maison.

images (1)

photo trouvée sur le net

Et vous savez quoi ?

ça lui va très bien !

Il s'est même dessiné un auto-portrait :

IMG_20171109_181709570_HDR

Ah, oui, parce que son talent c'est dessiner...et puis comique aussi !

Bon, voilà, tout ça pour dire, que dans la vie, aller au bout de ses principes, et bien cela crée de drôles de surprise.  Je ne vous ai toujours pas dit quel était le principe (datant d'il y a 15 ans) sur lequel je venais de m'asseoir  :

  Je ne supporterai pas d'avoir un garçon avec des cheveux longs.

Ah, ah, ah, mais ça c'était avant !!!

Vive la vie !

Et vive le lâcher prise !

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 09:44 - Commentaires [6] - Permalien [#]

08 novembre 2017

Apprendre à laisser de la place à l'émerveillement

Les enfants ont ce don.

Les enfants ont ce don de l'émerveillement.

D'un côté c'est normal, pour eux tout est nouveau : une fourmi, un papillon, des illuminations, un feu d'artifice, sauter sur un trampoline...

Ne pas les laisser devenir des adultes blasés par toute la beauté qui nous entoure, c'est une des missions que je me suis donnée en tant que maman. 

Les enfants ont ce don de nous ré-apprendre à nous émerveiller.

Alors, laissons-nous nous émerveiller par un coucher de soleil,

par une coccinelle qui vient se poser sur notre bras,

par une fleur de pissenlit sur laquelle on va souffler et faire un voeu au passage,

IMG_20170826_112809879

jouons avec nos ombres,

IMG_20171025_141034057_HDR

extasions nous devant l'odeur de l'herbe coupée,

faisons du vélo, de la trottinette...et descendons des pentes jusqu'à en avoir un peu peur...

soyons gourmand quand il le faut,

éclatons de rire dès que possible,

faisons des grimaces sur les photos, ou bien les fous,

IMG_20171104_174215857

regardons les papillons s'envoler,

ramassons des châtaignes et faisons en des drôles de bestioles, ou bien des glands,

IMG_20171104_112106638_HDR

ramassons des pommes de pin et faisons en des hiboux,

IMG_20171106_084350051_HDR

regardons les nuages et imaginons ce qu'ils représentent,

marchons sous la pluie sans parapluie en riant...

Je vous laisse faire votre liste, il y a tellement d'émerveillement possible tout autour de nous.

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2017

A toutes les mamans fatiguées par leurs petits...

A la maman, fatiguée, épuisée par des nuits coupées par les pleurs de ses enfants, par les rhumes, des toux, des recherches de doudous, de sucettes...

A la maman fatiguée par tout le bazar que peut mettre dans la maison chaque jour ses petits.

A la maman épuisée de devoir inlassablement nettoyer les biberons, changer les couches, ramasser les trucs et bidules par terre et tant d'autres choses...

J'ai envie d'écrire à toutes les mamans qui ont des enfants en bas âge.

J'ai envie de vous dire... rassurez vous...cela va passer.

Tout passe.

Nos petits grandissent chaque jour un peu plus.

Et si aujourd'hui, vous ne pouvez plus faire aucune sortie sans avoir l'impression de faire face à une expédition : sac à langer, change, doucou, sucette, poussette.

Et si aujourd'hui, quand vous vous regardez dans le miroir, vous voyez des cernes sous vos yeux. 

Et si aujourd'hui, quand vous vous regardez dans le miroir, vous ne vous reconnaissez pas dans l'image des femmes que les magazines nous renvoient : rouge à lèvre, vernis à ongle, talons et dessous sexy...C'est normal, rassurez vous ! 

Du vernis ? Mais pour quoi faire ? Vous avez les mains dans l'eau toute la journée, ou dans la pâte à sel, ou la pâte à modeler.

Du rouge à lèvres ? Ah, ah, ah, laissez moi rire...je ne veux pas m'empêcher de faire des bisous à mes enfants.

Des talons hauts ? Ah, ah, ah...mais comment fait on pour courir après nos petits, hein ?

Vous êtes tout simplement normal, nous sommes tout simplement des mamans. Nous avons d'autres préoccupations : câliner, soigner des bleus, des bosses, rassurer, encourager, tenir la main...

Oui, c'est parfois fatigant.

Mais, il y a un jour, où toute votre patience sera récompensée.

Viendra un temps, où vous pourrez sortir sans sac à langer.

Viendra un temps, où vous pourrez sortir sans poussette.

Sans avoir  à courir après votre petit.

Il aura assez grandi, sous votre oeil bienveillant, pour faire attention à lui aussi (en même temps que vous).

Et vous pourrez partager des moments incroyables avec votre ou vos enfants.

Viendra un moment où vous pourrez dormir à nouveau normalement la nuit.

 

Je trouve que l'on ne prend pas assez en compte la fatigue des jeunes mamans. Oui, c'est difficile. Non, ce n'est pas tous les jours roses. Éduquer un enfant n'est pas facile. Il n'y pas d'école où on apprend à être parent. Chaque enfant a besoin d'attention particulière. Il faut s'adapter sans cesse. C'est riche d'apprentissage.

Nos enfants nous apprennent chaque jour quelque chose sur nous...et nous, nous les accompagnons sur le chemin de leur vie.

IMG_20171104_145456

 

Séverine

Posté par Maman de tribu à 19:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 octobre 2017

Apprendre à savoir quoi faire avec des chataîgnes

La semaine dernière, un ami m'a ramené un gros sac de chataîgnes.

Les chataîgnes (à moins que ce ne soit des marrons...???), je les mange en principe déjà toute prêtes, achetées soit au marchand qui les fait griller lors du  marché de Noël de ma ville, (Mmmm c'est tellement bon) ou alors déjà faites en crème de marron ou le summum en marrons glacés (mais pas trop, hein, parce que c'est vite écoeurant)...Donc là, je me suis retrouvée avec toutes ces chataîgnes, un peu comme une poule qui venait de trouver un couteau.

Direction Internet où on trouve réponses à tout.

J'ai donc appris qu'il fallait les faire tremper dans une grande bassine d'eau 30 minutes pour faire remonter celles qui sont véreuses (avec ou sans ver dedans).

Une fois, le bain fait, je me suis retrouvée avec un gros tas de chataîgnes non mangeables mais tellement mignonnes, je voyais déjà ce que j'allais en faire...je vous en parle après vous avoir dit comment je les ai cuisinées.

Je disais donc, je me suis retrouvée avec un gros tas de chataîgnes non mangeables et un gros tas de chataîgnes mangeables. Je les ai préparées de deux façons.

Une, cuites au four.

L'autre, cuites dans l'eau.

Et contre toute attente, alors que je pensais que c'est au four que je préfèrerais et bien c'est cuite à l'eau que j'ai préféré.

Le truc indispensable à faire avant de les faire cuire, c'est de les entailler avec un bon couteau.

Voilà, tout ce que je sais sur les chataîgnes à ce jour. Si vous avez d'autres recettes n'hésitez pas à les partager dans les commentaires.

Bon et maintenant, je vous parle de ce qui m'a amusée de faire avec les chataîgnes non mangeables, enfin, vous parle...non, vous montre :

IMG_20171029_142746794_HDR (2)

IMG_20171029_142708445_HDR

 

 

Je les ai postées sur Instagram hier où beaucoup de personnes m'ont dit qu'elles étaient vraiment mignonnes alors je partage avec celles qui ne sont pas sur instagram.

Et puis, c'est un p'tit truc en plus pour occuper les enfants pendant les vacances de toussaint.

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 08:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


26 octobre 2017

Apprendre à gérer la "jalousie" entre frères et soeurs

La jalousie :

  • Littéraire. Vif attachement à quelque chose : Garder un secret avec une extrême jalousie.
  • Sentiment fondé sur le désir de posséder la personne aimée et sur la crainte de la perdre au profit d'un rival : Être torturé par la jalousie.
  • Dépit envieux ressenti à la vue des avantages d'autrui.

J'ai fait un copié-coller de la défintion du Larousse.

En tant que parent, nous sommes tous confrontés à un moment donné à la jalousie de nos enfants,

que ce soit à l'arrivée d'un nouveau né,

que ce soit lors de l'anniversaire d'un des autres frères et soeurs,

que ce soit lors des invitations d'un des autres frères et soeurs,

que ce soit lors d'achats de vêtements, de chaussures pour un autre frère et soeur.

Il y a des tas d'autres exemples, mais là, au moment où j'écris ce sont ceux qui me viennent.

Tout ça pour vous dire que très rapidement, dès mes deux premiers enfants en fait, j'ai voulu résoudre ce "problème" alors que je n'avais pas idée du nombre d'enfants que j'allais avoir. Et avec le recul, j'ai bien fait.

La jalousie est un problème : Oui !

Elle fait se sentir mal.

Elle fait se sentir mal aimé.

Et se sentir mal aimé est un des pire sentiment que l'on peut ressentir à mon avis.

La première grande fois où je me souviens avoir eu à gérer ça, c'est lors de l'anniversaire de la première année de mon deuxième enfant. Mon p'tit premier à l'époque (il y a 21 ans) était vert de jalousie, malheureux comme les pierres. Sa soeur fêtait son anniversaire et lui aussi, voulait un cadeau. Il n'avait que 27 mois à l'époque et je lui ai expliqué du mieux que j'ai pu que ce jour là, que c'était la fête d'anniversaire de sa soeur, que lui avait eu la sienne il y a quelques mois et qu'il fallait qu'il comprenne. Je l'ai serré fort dans mes bras pour lui expliquer qu'il ne fallait pas qu'il se sente moins aimé que sa soeur. Ce jour là, je m'en souviens a été très difficile pour moi (tout autant que lui), car je le voyais triste, j'étais une maman débutante et je ne voulais pas, bien évidemment, qu'il soit triste. Mais il était hors de question que je lui offre un petit cadeau à lui aussi, comme d'autres parents peuvent le faire. Je savais que c'était un mauvais moment à passer pour lui mais je voulais qu'il sache :

- que ce n'est pas parce qu'il n'a pas de cadeau que je l'aimais moins.

- que ce n'est pas parce qu'il n'avait pas de cadeau qu'il ne pouvait pas se réjouir de manger des bonbons, des gâteaux et encore mieux de pouvoir jouer avec sa soeur et ses nouveaux jouets.

Pour les autres fois, j'ai pris de l'assurance,

et de plus en plus au fil des années (et heureusement ! avec 6 anniversaires et fêtes par an, imaginez toutes les fois où j'aurai dû gérer leur jalousie, ou même à chaque fois que je revenais avec un nouveau né à la maison.).

Avec les bons mots ou/et les bonnes attitudes, je pense que l'on peut tout régler. 

Je ne me suis jamais sentie gêner de donner à l'un de mes enfants ce dont il avait besoin au moment où il en avait besoin. Chaque enfant est différent. Chaque enfant a ses besoins propres à chaque âge. Et nous, nous n'avons que deux bras pour satisfaire tout le monde.

Quand j'entends la fameuse petite phrase : "Et moi, j'ai rien eu !"

Je réponds : "C'est vrai, cette fois-ci, tu n'as rien eu mais en avais tu besoin ? Rappelle toi la dernière fois, où c'est toi qui a eu quelque chose et pas ton frère ou ta soeur."

 

Il y a aussi la jalousie face à des invitations chez les copains et copines que l'autre n'a pas. Là, c'est vrai que c'est un peu plus délicat. Il n'y pas si longtemps, Monsieur 9 ans a boudé pendant une journée parce que ces soeurs avaient été invitées et pas lui. J'ai entendu sa bouderie, mais j'étais impuissante et puis hors de question là aussi, de compenser par un "achat" ou une sortie "extra-habituelle". Je l'ai accompagné dans sa bouderie, je lui ai dit que je comprenais. Cela lui arrivera encore...cela fait partie de la vie...ce petit sentiment de frustration que l'on peut avoir parfois. 

Concernant la jalousie du temps que je pourrais passer plus avec les uns et les autres, ça, je vous avoue que je n'ai pas à la gérer car avec ma façon de faire, je vous en ai déjà parlé là, cela règle tout malentendu.

86f05117c1db7a40dcb9b0ad4865e123--photo-pro-tampons

image trouvée sur le net

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 10:32 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 octobre 2017

Apprendre à aimer son physique

Lors d'un moment privilégié comme je les aime avec l'une de mes filles, elle me dit :

- Tu sais maman, j'aimerais tellement avoir les yeux verts de papa, c'est tellement plus joli que les yeux marrons.

(Je n'ai pas eu le temps de répondre, parce qu'elle a enchaîné tout de suite sur)

- Ah, oui, aussi et puis avoir les cheveux bouclés, oh mais ça ce serait le rêve...c'est tellement beau...Et puis mes pieds, maman, mais ils sont tellement affreux, c'est horrible, pourquoi je suis comme ça ?...

Il y a eut encore deux-trois choses qu'elle m'a dites sur son physique qu'elle n'aimait pas...Dans ma tête au même moment, toutes mes neurones étaient en activité pour lui trouver une réponse qui l'aide à apprendre à voir ses qualités, il ne fallait pas que je me contente de "mais, non", "tu dis n'importe quoi", "de toute façon, nous les filles on n'est jamais contente". Dans ma tête au même moment, je me revoyais plus jeune (et moins jeune) avec tous mes complexes...et pour tout vous avouer encore aujourd'hui, j'ai une ou deux barrières à faire tomber même si j'en ai résolu pas mal. Donc, pendant que ma fille se libérait verbalement de quelque chose qui la pesait, voilà, tout ceux à quoi je pensais tout en l'écoutant et en pleurant intérieurement. J'ai enfin trouvé les mots à lui répondre :

- J'ai bien entendu tout ce que tu m'as dit ma chérie. Pour les yeux verts, désolé, oui, tu as la couleur de mes yeux. Regarde moi, tu les trouves si moche que ça mes yeux (derrière mes lunettes de forte myopie) ? Tu dis que tu n'aimes pas telle ou telle partie de ton corps, tu dis que tu préférerais être comme ça ou comme ça. Ok, je l'entends. Mais, maintenant prends le temps de me répondre et réponds à ma question :

- Dis-moi ce que tu trouves joli chez toi ? Dis-moi, ce que tu ne voudrais pas changer physiquement chez toi ?

Elle a pris le temps de me répondre et a bien été obligé de reconnaître qu'elle a des qualités physiques que tout le monde n'a pas.(Je l'ai un peu aidé pour qu'elle en trouve un peu plus qu'elle ne me disait.) 

- Tu vois, c'est ce qui fait que tu es unique.

Je voyais que ma fille se sentait plus légère. Et moi, aussi, par la même occasion. Ne voulant pas m'arrêter là et pour bien lui faire comprendre combien elle devait s'aimer sans condition, j'ai ajouté :

- Alors, là, on a parlé que du physique, mais n'oublie pas que ce que tu es à l'intérieur est magnifique aussi...(là, je lui ai cité toutes ces qualités et elle en a, je peux vous le dire !)

Je terminerai ce billet avec cette citation tellement vrai :

HPIM3760

Certaines vont peut être me dire, oui, mais comment on fait pour être heureuse ? Ah, ah, et bien ce sera le sujet d'un prochain billet, promis !

Séverine

 

 

Posté par Maman de tribu à 08:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 octobre 2017

Apprendre à mes fils à respecter les femmes

J'ai trois garçons sur mes six enfants.

Un de bientôt 21 ans, un de bientôt 13 ans et un de 9 ans.

J'ai encore 2 garçons à la maison et 2 filles.

Dans le cadre de l'éducation que je veille à leur apporter, il y a deux choses (entre autres) auxquelles je suis vigilante :

- qu'ils ne me considèrent pas comme leur bonne à tout faire.

- qu'ils respectent le "Non" ou le "Arrête" de leurs frères et soeurs.

Parfois, je hausse la voix très très fort car il y a des attittudes que je ne leur permets pas d'avoir...parce que je pense aux jeunes filles, aux femmes qu'ils vont rencontrer au fur et à mesure de leur vie.

Oui, je hausse la voix.

Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai eu une "scène" avec mon grand de bientôt 13 ans. 

Sa chambre était en vrac. Cela faisait plusieurs fois que je lui demandais de la ranger. Mais Monsieur toujours tellement occupé à autre chose ne trouvait pas le temps de le faire. Munie de ma méthode, j'ai du lui ordonner d'aller passer 15 minutes dans sa chambre...et il n'en fallait pas plus pour :

- faire son lit

- ranger ses vêtements

- faire un tas de tout ce qui traînait par terre.

Et puis, en montant en énervement, je me suis mise à lui dire : 

Oui, je suis ta mère. Oui, je pourrai le faire. Mais j'ai autre chose à faire moi aussi. C'est ton fouillis à toi. Pourquoi, serait ce à moi de le ranger ? Au nom de quoi ? Tu en es aussi capable que moi.

Et puis, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai continué.

Tu vois, je parle aussi au nom des femmes qui partageront ta vie ou des gens qui partageront ta vie. Personne n'est censé être à ton service. Personne. Tes chaussettes, tu te les ramasses et tu les mets au panier à linge sale. Tes slips, tes pantalons, tes t-shirts...c'est le même tarif. Tu peux changer les draps de ton lit tout seul, tu peux prendre un balai et balayer. Tu peux le faire. Et tu sais quoi ? Tu dois le faire...et là, dans mon envolée lyrique, je me suis mise à dire "Au nom des femmes" ! Alors, oui, je me suis mise, tout comme lui, à pouffer de rire...parce qu'il valait mieux que cela finisse comme ça...mais franchement, cela m'a fait un bien fou de lui rappeler ça...et je suis certaine qu'il l'a entendu, car ce n'est pas une mère en colère qu'il a vu devant lui ce jour là, c'est une femme !

 

Il y a une deuxième attitude face à laquelle je me mets très très en colère face à mes garçons.

Vous avez des garçons ? Des ados ? Vous avez des filles ?

Chez moi, en tous les cas, les garçons vont parfois dans la chambre des filles pour les embêter, pour chercher les chats...il y a des petits mots qui fusent et là, j'entends les filles qui disent "mais sors de ma chambre", "mais arrête"...plusieurs fois...et ils ne les écoutent pas. Là, je vois rouge tout de suite. J'estime que les chambres de mes enfants sont leurs espaces à eux et que s'ils ne veulent pas que quelqu'un entre dans leur chambre, et bien ils ont le droit au respect à ce moment là. J'ai la même attitude vis à vis des garçons et des filles. Sauf que souvent, les garçons, j'ai remarqué qu'ils ne s'arrêtaient pas, ils continuaient à les titiller.

Et c'est là, que je me transforme en dragon.

Je prends le garçon en question et je lui dis "Tu entends ce qu'elle te dit ?" "Tu entends bien ?" Pour toi, c'est amusant, tu ne vois pas le mal à l'embêter...mais elle, elle te dit "non" ou "arrête" ou "sors de ma chambre". Cela veut dire "NON". Tu entends "NON" ? "Et NON, ça veut dire NON"; Elle ne veut pas que tu entres dans son espace vital. "RESPECTE LE !". Il m'est arrivée d'aller plus loin dans l'explication avec mon ado garçon Plus loin dans le respect qu'il devra aux filles, aux femmes qu'il va rencontrer plus tard. J'utilise des mots forts que je vous laisse imaginer. Si je ne leur dis pas, j'aurai l'impression d'avoir raté quelque chose dans leur éducation.

Je suis une mère.

Mais je suis avant tout une femme.

Une femme qui sait ce que c'est que d'être ennuyée par les hommes...parfois...Je ne dis pas qu'ils sont tous pareils...mais vous savez, il suffit d'en rencontrer un seul, et vous mettez des années à vous en remettre, à vous culpabiliser...vous mettez des années à vous reconstruire...

 

Si-poème-de-Rudyard-Kipling-à-son-fils-ATMOSPHERE-CITATION1-e1416857040679

 

Séverine.

 

Posté par Maman de tribu à 06:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

15 octobre 2017

Apprendre à faire des gauffres

Faire des gauffres, ça vous tente ?

Il n'y a rien de plus facile, il faut juste un appareil à gauffre.

Pour le reste, il faut un peu de temps...

mais quel plaisir de sentir les gauffres cuirent,

quel plaisir de voir les enfants, petits et grands, venir tourner autour du plat et en prendre une encore chaude...

quel plaisir de se retrouver avec du sucre glace partout sur la table...

Mouai, non, ça c'est pas cool...il va falloir que je trouve une solution d'ailleurs pour qu'ils évitent d'en mettre partout ! "Mais si, maman qu'ils me disent, regarde comme c'est joli, on dirait un nuage...." Moi, c'est le sourire dans leurs yeux que je vois et ça c'est un vrai plaisir.

 

Je vous donne donc ma recette , personnellement, je double souvent la quantité comme ça il en reste pour le lendemain :

IMG_20171015_083255

Pour monter les blancs en neige, j'utilise l'appareil dont je vous ai parlé dans ce billet là (25 secondes chrono, hop, ils sont montés. Je les fais 3 par 3)

Pour mélanger tous mes ingrédients, avant de mettre les blancs en neige, j'utilise ça :

IMG_20170927_074624_555

ça évite de se fatiguer le bras, (oui, car la pâte est dense) et puis surtout, c'est garanti sans grumeaux !

Après quoi, je mélange les blancs en neige à la pâte.

Je n'ai plus qu'à sortir mon appareil à gauffres,

prendre une louche pour verser sur mes plaques...

et puis voir ma pile montée...

IMG_20170920_155159149

Ventre bien rempli,

succés garanti !

Bon appétit !

 

Séverine.

 

Posté par Maman de tribu à 08:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 octobre 2017

Apprendre à réduire ses gestes inutiles

Les journées ne font que 24 heures, et j'essaie au maximum de remplir mes journées de choses productives afin, le soir, de me coucher le coeur ravi d'une journée encore bien remplie de jolies choses.

Mes journées, comme les vôtres j'imagine, sont jalonnées de choses à faire indispensables, de choses imprévues et indispensables, de choses imprévues et inutiles.

En vrac dans les choses à faire :

cuisiner,

ranger,

nettoyer,

laver,

travailler,

accompagner,

éduquer,

prendre du temps rien que pour soi,

prendre du temps pour chacun de ses enfants,

prendre du temps pour son chéri,

prendre du temps pour ses animaux domestiques,

prendre du temps pour nos ami(e)s...

Oui, cela fait pas mal de choses à faire dans une journée, mais elles sont indispensables pour notre bien être.

Comment voulez vous que nous n'ayons pas l'impression d'être souvent en train de courir après le temps ? Quand on y pense, c'est normal...Vous avez vu la multitude de tâches à faire dans une journée ?

Personnellement, j'ai du mal, comme vous ?

Alors, ne pouvant pas rallonger les journées, j'ai décidé de faire le traque aux gestes inutiles.

Vous savez, ces petits gestes qui vous font perdre un temps fou et qui parfois peuvent même vous énerver.

Une liste, ça vous dit ?

- ne pas ranger ces clés toujours à la même place. 

- décrocher son téléphone et se rendre compte que c'est un vendeur de je ne sais quoi qui va vous tenir la jambe au moins 10 minutes, si vous ne dites pas tout de suite : "Non, merci, cela ne m'intéresse pas. Merci et bonne journée". 

- perdre son temps à vouloir que notre maison soit impeccable à partir du moment où vous avez des enfants à la maison. Il faut l'admettre ! Notre maison ne PEUT PAS être impeccable en présence d'enfants. (Voilà, c'est dit !)

- se disputer avec son enfant à table pour qu'il mange des légumes. Soyon sincère : A quoi ça sert ? C'est pour son bien ? Vraiment ? Cela pourrit l'ambiance à table et puis votre enfant doit forcément aimer un légume que vous pouvez lui donner à la place (chez nous, c'est carotte crue coupé en frites ou concombre et les pommes qui font l'unanimité.) Je continue à en cuisiner pour moi et ceux qui aiment, et je me dis qu'avec le temps, ils se mettront à aimer ça aussi ou pas...

- ouvrir les notifications de son téléphone qui nous suggèrent de nouveaux tableaux, de nouvelles pages. Ben, non, quand je ferai des recherches, je trouverai...là, tout de suite je n'ai pas de temps à perdre pour ça.  

- allumer la télévision la journée (sans savoir ce que je souhaite voir vraiment). Il y a plusieurs années de ça, j'ai cessé de laisser la télévision en fond sonore...honnêtement c'est magique...

- acheter des chaussons à mes enfants (et après, ne pas arrêter de leur dire "mets tes chaussons", "viens ranger tes chausson"...grrr...que l'on ne me parle plus de chaussons pour eux !!!)

- pester contre le temps qu'il fait...et s'en accomoder au mieux...essayer de toujours voir le positif dans le temps qu'il fait...oui, il y en a.

Voilà, quelques uns des gestes inutiles que j'ai chassés de ma vie...n'hésitez pas à en mettre d'autres dans les commentaires...parce que franchement, qu'est ce qu'on se sent mieux quand on a plus de temps pour faire des choses dans notre vie qui nous semble vraiment utiles....sieste y comprise (très utile pour recharger les batteries...oui, même celle de 10 minutes).

image-de-chaton-trop-mignon-gratuit

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 07:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]