Maman de Tribu...apprend

18 octobre 2017

Apprendre à mes fils à respecter les femmes

J'ai trois garçons sur mes six enfants.

Un de bientôt 21 ans, un de bientôt 13 ans et un de 9 ans.

J'ai encore 2 garçons à la maison et 2 filles.

Dans le cadre de l'éducation que je veille à leur apporter, il y a deux choses (entre autres) auxquelles je suis vigilante :

- qu'ils ne me considèrent pas comme leur bonne à tout faire.

- qu'ils respectent le "Non" ou le "Arrête" de leurs frères et soeurs.

Parfois, je hausse la voix très très fort car il y a des attittudes que je ne leur permets pas d'avoir...parce que je pense aux jeunes filles, aux femmes qu'ils vont rencontrer au fur et à mesure de leur vie.

Oui, je hausse la voix.

Pas plus tard que la semaine dernière, j'ai eu une "scène" avec mon grand de bientôt 13 ans. 

Sa chambre était en vrac. Cela faisait plusieurs fois que je lui demandais de la ranger. Mais Monsieur toujours tellement occupé à autre chose ne trouvait pas le temps de le faire. Munie de ma méthode, j'ai du lui ordonner d'aller passer 15 minutes dans sa chambre...et il n'en fallait pas plus pour :

- faire son lit

- ranger ses vêtements

- faire un tas de tout ce qui traînait par terre.

Et puis, en montant en énervement, je me suis mise à lui dire : 

Oui, je suis ta mère. Oui, je pourrai le faire. Mais j'ai autre chose à faire moi aussi. C'est ton fouillis à toi. Pourquoi, serait ce à moi de le ranger ? Au nom de quoi ? Tu en es aussi capable que moi.

Et puis, je ne sais pas ce qui m'a pris, j'ai continué.

Tu vois, je parle aussi au nom des femmes qui partageront ta vie ou des gens qui partageront ta vie. Personne n'est censé être à ton service. Personne. Tes chaussettes, tu te les ramasses et tu les mets au panier à linge sale. Tes slips, tes pantalons, tes t-shirts...c'est le même tarif. Tu peux changer les draps de ton lit tout seul, tu peux prendre un balai et balayer. Tu peux le faire. Et tu sais quoi ? Tu dois le faire...et là, dans mon envolée lyrique, je me suis mise à dire "Au nom des femmes" ! Alors, oui, je me suis mise, tout comme lui, à pouffer de rire...parce qu'il valait mieux que cela finisse comme ça...mais franchement, cela m'a fait un bien fou de lui rappeler ça...et je suis certaine qu'il l'a entendu, car ce n'est pas une mère en colère qu'il a vu devant lui ce jour là, c'est une femme !

 

Il y a une deuxième attitude face à laquelle je me mets très très en colère face à mes garçons.

Vous avez des garçons ? Des ados ? Vous avez des filles ?

Chez moi, en tous les cas, les garçons vont parfois dans la chambre des filles pour les embêter, pour chercher les chats...il y a des petits mots qui fusent et là, j'entends les filles qui disent "mais sors de ma chambre", "mais arrête"...plusieurs fois...et ils ne les écoutent pas. Là, je vois rouge tout de suite. J'estime que les chambres de mes enfants sont leurs espaces à eux et que s'ils ne veulent pas que quelqu'un entre dans leur chambre, et bien ils ont le droit au respect à ce moment là. J'ai la même attitude vis à vis des garçons et des filles. Sauf que souvent, les garçons, j'ai remarqué qu'ils ne s'arrêtaient pas, ils continuaient à les titiller.

Et c'est là, que je me transforme en dragon.

Je prends le garçon en question et je lui dis "Tu entends ce qu'elle te dit ?" "Tu entends bien ?" Pour toi, c'est amusant, tu ne vois pas le mal à l'embêter...mais elle, elle te dit "non" ou "arrête" ou "sors de ma chambre". Cela veut dire "NON". Tu entends "NON" ? "Et NON, ça veut dire NON"; Elle ne veut pas que tu entres dans son espace vital. "RESPECTE LE !". Il m'est arrivée d'aller plus loin dans l'explication avec mon ado garçon Plus loin dans le respect qu'il devra aux filles, aux femmes qu'il va rencontrer plus tard. J'utilise des mots forts que je vous laisse imaginer. Si je ne leur dis pas, j'aurai l'impression d'avoir raté quelque chose dans leur éducation.

Je suis une mère.

Mais je suis avant tout une femme.

Une femme qui sait ce que c'est que d'être ennuyée par les hommes...parfois...Je ne dis pas qu'ils sont tous pareils...mais vous savez, il suffit d'en rencontrer un seul, et vous mettez des années à vous en remettre, à vous culpabiliser...vous mettez des années à vous reconstruire...

 

Si-poème-de-Rudyard-Kipling-à-son-fils-ATMOSPHERE-CITATION1-e1416857040679

 

Séverine.

 

Posté par Maman de tribu à 06:59 - - Commentaires [5] - Permalien [#]


15 octobre 2017

Apprendre à faire des gauffres

Faire des gauffres, ça vous tente ?

Il n'y a rien de plus facile, il faut juste un appareil à gauffre.

Pour le reste, il faut un peu de temps...

mais quel plaisir de sentir les gauffres cuirent,

quel plaisir de voir les enfants, petits et grands, venir tourner autour du plat et en prendre une encore chaude...

quel plaisir de se retrouver avec du sucre glace partout sur la table...

Mouai, non, ça c'est pas cool...il va falloir que je trouve une solution d'ailleurs pour qu'ils évitent d'en mettre partout ! "Mais si, maman qu'ils me disent, regarde comme c'est joli, on dirait un nuage...." Moi, c'est le sourire dans leurs yeux que je vois et ça c'est un vrai plaisir.

 

Je vous donne donc ma recette , personnellement, je double souvent la quantité comme ça il en reste pour le lendemain :

IMG_20171015_083255

Pour monter les blancs en neige, j'utilise l'appareil dont je vous ai parlé dans ce billet là (25 secondes chrono, hop, ils sont montés. Je les fais 3 par 3)

Pour mélanger tous mes ingrédients, avant de mettre les blancs en neige, j'utilise ça :

IMG_20170927_074624_555

ça évite de se fatiguer le bras, (oui, car la pâte est dense) et puis surtout, c'est garanti sans grumeaux !

Après quoi, je mélange les blancs en neige à la pâte.

Je n'ai plus qu'à sortir mon appareil à gauffres,

prendre une louche pour verser sur mes plaques...

et puis voir ma pile montée...

IMG_20170920_155159149

Ventre bien rempli,

succés garanti !

Bon appétit !

 

Séverine.

 

Posté par Maman de tribu à 08:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 octobre 2017

Apprendre à réduire ses gestes inutiles

Les journées ne font que 24 heures, et j'essaie au maximum de remplir mes journées de choses productives afin, le soir, de me coucher le coeur ravi d'une journée encore bien remplie de jolies choses.

Mes journées, comme les vôtres j'imagine, sont jalonnées de choses à faire indispensables, de choses imprévues et indispensables, de choses imprévues et inutiles.

En vrac dans les choses à faire :

cuisiner,

ranger,

nettoyer,

laver,

travailler,

accompagner,

éduquer,

prendre du temps rien que pour soi,

prendre du temps pour chacun de ses enfants,

prendre du temps pour son chéri,

prendre du temps pour ses animaux domestiques,

prendre du temps pour nos ami(e)s...

Oui, cela fait pas mal de choses à faire dans une journée, mais elles sont indispensables pour notre bien être.

Comment voulez vous que nous n'ayons pas l'impression d'être souvent en train de courir après le temps ? Quand on y pense, c'est normal...Vous avez vu la multitude de tâches à faire dans une journée ?

Personnellement, j'ai du mal, comme vous ?

Alors, ne pouvant pas rallonger les journées, j'ai décidé de faire le traque aux gestes inutiles.

Vous savez, ces petits gestes qui vous font perdre un temps fou et qui parfois peuvent même vous énerver.

Une liste, ça vous dit ?

- ne pas ranger ces clés toujours à la même place. 

- décrocher son téléphone et se rendre compte que c'est un vendeur de je ne sais quoi qui va vous tenir la jambe au moins 10 minutes, si vous ne dites pas tout de suite : "Non, merci, cela ne m'intéresse pas. Merci et bonne journée". 

- perdre son temps à vouloir que notre maison soit impeccable à partir du moment où vous avez des enfants à la maison. Il faut l'admettre ! Notre maison ne PEUT PAS être impeccable en présence d'enfants. (Voilà, c'est dit !)

- se disputer avec son enfant à table pour qu'il mange des légumes. Soyon sincère : A quoi ça sert ? C'est pour son bien ? Vraiment ? Cela pourrit l'ambiance à table et puis votre enfant doit forcément aimer un légume que vous pouvez lui donner à la place (chez nous, c'est carotte crue coupé en frites ou concombre et les pommes qui font l'unanimité.) Je continue à en cuisiner pour moi et ceux qui aiment, et je me dis qu'avec le temps, ils se mettront à aimer ça aussi ou pas...

- ouvrir les notifications de son téléphone qui nous suggèrent de nouveaux tableaux, de nouvelles pages. Ben, non, quand je ferai des recherches, je trouverai...là, tout de suite je n'ai pas de temps à perdre pour ça.  

- allumer la télévision la journée (sans savoir ce que je souhaite voir vraiment). Il y a plusieurs années de ça, j'ai cessé de laisser la télévision en fond sonore...honnêtement c'est magique...

- acheter des chaussons à mes enfants (et après, ne pas arrêter de leur dire "mets tes chaussons", "viens ranger tes chausson"...grrr...que l'on ne me parle plus de chaussons pour eux !!!)

- pester contre le temps qu'il fait...et s'en accomoder au mieux...essayer de toujours voir le positif dans le temps qu'il fait...oui, il y en a.

Voilà, quelques uns des gestes inutiles que j'ai chassés de ma vie...n'hésitez pas à en mettre d'autres dans les commentaires...parce que franchement, qu'est ce qu'on se sent mieux quand on a plus de temps pour faire des choses dans notre vie qui nous semble vraiment utiles....sieste y comprise (très utile pour recharger les batteries...oui, même celle de 10 minutes).

image-de-chaton-trop-mignon-gratuit

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 07:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

06 octobre 2017

Apprendre à dire "Je ne sais pas."

Vos enfants, aussi, sont pareils ?

Mes enfants ont tendance à croire que je sais tout sur tout.

Très rapidement dans leur éducation,

cela m'arrive encore de leur rappeler,

je leur dis : 

Je ne sais pas.

Il n'y a pas de honte à ne pas savoir.

Leur avouer ma non-connaissance face à la réponse à leur apporter, c'est aussi mon rôle de parent.

Leur apprendre à dire "Je ne sais pas".

Leur demander de m'autoriser, et par la même occasion, les autoriser, à ne pas savoir.

Par contre, ma réponse je ne sais pas, entraîne systématiquement une autre phrase : Viens on va chercher ensemble !

Du temps où Internet n'était pas ce qu'il est aujourd'hui, les réponses à trouver étaient un peu plus longues (pour rappel mes deux ainés sont de 1996 et 1998). Nous arpentions les rayons des bibliothèques ou des librairies pour trouver une réponse ou une solution.

Aujourd'hui, il suffit d'un clic, du ou des bons mots et on trouve en principe toutes les réponses. J'apprends par la même occasion à leur faire recouper plusieurs infos, plusieurs réponses pour être sûr de la véracité de ce que l'on trouve. Oui, car la recherche est facile...mais la mauvaise info est facile à trouver également.

Donc, oui à dire "Je ne sais pas."

et, oui, à dire "ça y est, j'ai trouvé !"

Douter, ne pas avoir de certitude permet de tout relativiser, cela ouvre le débat, le cheminement de la réflexion. Ne pas savoir, ce n'est pas grave en soi, c'est ne pas chercher la réponse qui l'est...à mon avis.

...

Je vous laisse sur une note humoristique sur le même thème.

J'ai eu un fou rire à me faire travailler les abdos, il y a quelques jours. Je vous raconte l'histoire :

Monsieur 9 ans était en train de faire un devoir sur la population mondiale. Je lui ai demandé s'il avait besoin d'aide.

Il m'a dit : "T'inquiète, je regarde sur Internet."

Il trouvait les réponses au fur et à mesure des questions dans son devoir-maison.

Je passe la main à Mad'moizelle 11 ans et demi pour la suite (oui, à la maison, j'ai instauré l'entraide entre les plus grands et les plus petits)...Je m'affaire à je ne sais plus quoi dans la cuisine, quand j'entends Mad'moizelle 11 ans et demi, hausser le ton et dire :

- "Bon, mais tu vas répondre, quel est le nombre de la population mondiale ?"

 

CLIQUEZ ICI AVANT DE VOIR LA REPONSE DE MONSIEUR 9 ANS

(c'est la page internet qu'il avait trouvée)

 

Et là, Monsieur 9 ans, répond désespéré : "Mais je sais pas moi, ça change tout le temps."

Et là, pour moi le temps s'est arrêté, et j'ai ri, mais ri....pendant au moins 5 minutes...j'avais mal au ventre...mais qu'est ce que ça a été bon de rire comme ça !!!! 

Il y a des choses effectivement, que l'on ne peut pas savoir parce que l'impermanence de la vie est l'essence même de chacune de nos vies.

 

SAVOIR_1

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 14:20 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 octobre 2017

Apprendre à simplifier ses choix # 1 dans ses vêtements

Minimaliste, adepte de la simplicité volontaire, je vous fais part aujourd'hui d'une discussion que j'ai eue avec Monsieur 12 ans et demi il y a quelques jours, alors que nous allions à la corvée (oui, je n'aime pas faire les magasins et lui non plus) d'aller, le chausser et l'habiller pour l'année ! Je peux vous dire qu'il ne faut pas se louper, il est encore plus allergique que moi aux magasins.

Nous nous sommes promis sur le chemin (à pied) d'essayer de ne pas se fâcher...de rester zen...

Nous avions les bas, les hauts et  nous étions à la recherche des chaussures.

Je précise qu'il a pris les bas de la même couleur mais pas la même coupe, cela m'avait fait tiquée, mais zen attitude oblige...j'ai respecté son choix.

Alors qu'il venait de trouver sa paire de chaussures de sport, je lui propose de lui prendre une autre paire de chaussures pour alterner les jours où il aura sport et pas.

Là, ça commence à grincer, je commence à le sentir exaspéré.

Je lui explique que je ne trouve pas ça bien, qu'il porte les mêmes chaussures toute la semaine...et là, Monsieur 12 ans et demi me rétorque du haut de son 1m68 et de sa grosse voix de garçon qui a mué depuis un an :

"Mais enfin maman, tu crois que j'ai que ça à faire le matin, savoir quelles chaussures je vais porter, je n'ai pas de temps à perdre pour ce genre de choses !"

(...)

La minimaliste, que je suis, sautait de joie intérieurement. Si tu savais mon fils, comme je suis pareil que toi !!!! Et là, d'un coup, je comprends pourquoi il a insisté pour prendre les pantalons de la même couleur.

Il ne voulait pas perdre de temps à choisir ses vêtements le matin.

Je n'ai pas insisté, j'ai pris les deux mêmes paires de chaussures de sport et je lui ai demandé d'alterner, pour qu'elles aient le temps de s'aérer.

Il a été d'accord.

Et moi, ravie, que cette séance shopping soit terminée.

citation-henri-bergson-059956

 

Séverine.

 

 

Posté par Maman de tribu à 06:25 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :


30 septembre 2017

Apprendre à son enfant à prendre de la place

Oui, je sais, en écrivant ce titre, cela m'interpelle aussi, mais c'est pourtant vrai...

Non, tous les enfants ne sont pas turbulents, bruyants et dans la rebellion.

Il y a des enfants plus timides, plus réservés, toujours dans l'envie de bien faire et de ne pas déranger...si, si, ça existe. Cela existe même dans le monde des adultes.

Ces derniers temps, je suis confrontée à cette situation avec ma dernière enfant (3ème fille et 6ème enfant de la fratrie), mais cela me fait prendre conscience que les autres aussi, ont du se faire leur place. 

Je n'aime pas mettre d'étiquette sur mes enfants, je n'aime pas dire que celui-ci, ou celui-là est comme ceci et comme cela, parce que je leur laisse la possibilité d'évoluer chaque jour. Ils ont chacun leur personnalité que je veille telle une louve à développer...Ils ont leurs propres goûts, leurs propres envies, leurs propres besoins...

Mad'moizelle 7 ans et demi a besoin que je l'aide à prendre de la place :

 

- dans son temps de parole dans la fratrie

- en tant que petite fille qui devient jeune fille (et oui, déjà)

- au milieu de ses copains et ses copines et exprimer ses envies

- même dans son écriture !

 

Hors de question, sous pretexte qu'elle est la petite dernière, qu'elle s'efface...mais elle pourrait être la deuxième ou la troisième, je suis certaine que cela peut arriver aussi.

Hors de question qu'il y ait un de mes enfants qui ne s'épanouisse pas !

C'est pour moi, un des rôles auquel j'accorde énormément d'importance en tant que parent. 

Cela demande de la psychologie, de la diplomatie, des règles à établir, de la flexibilité aussi. 

Et moi, pendant ce temps-là, j'apprends.

J'apprends à prendre ma place en tant qu'adulte, avec mes valeurs, mes convictions, mes doutes aussi, parce que, nous ne cessons jamais de grandir, n'est ce pas ?

HPIM2769 (2)

 

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 15:29 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 septembre 2017

Apprendre à dire "Non"à ses enfants

Le "Non" d'opposition chez l'enfant arrive la fameuse année de terrible two.

Et puis, après,  l'enfant voit que c'est dans son intérêt ou celui de l'endroit où il se trouve de ne pas toujours dire "non". (Je vous accorde que tous les enfants ne le voient pas de cet oeil là.)

Il y a les enfants qui sont toujours dans le "non" par provocation et puis, il  y a les enfants plus conciliants de nature, plus effacés qui n'arrivent pas à dire "Non".

 

Dans ma façon d'éduquer mes enfants, j'ai instauré le droit au "Non".

Oui, ce n'est pas parce que l'on est parent qu'il faut imposer quelque chose, je ne me considère pas toute puissante les concernant.(sauf quand il s'agit de leur sécurité.)

Par exemple dans le domaine de la nourriture, je n'impose rien. Cela me faciliterait la vie, oui ! Mais, moi, ce que je cherche à développer chez mes enfants, c'est le plaisir de manger des choses bonnes pour eux...et même si les brocolis sont plein de vitamine C, je ne force pas ceux qui n'aiment pas à en manger.

A certains de mes enfants, j'ai du leur apprendre à me dire "Non" en face, plutôt que d'aller râler dans leur chambre. Le "Non" peut être constructif. Le "Non" peut amener un dialogue, une explication...Il peut laisser de la place pour le point de vue des deux parties.

 

Il y a le "Non", parce que ce qu'ils me demandent me fait peur...et puis après reflexion, je dis "oui"...parce qu'il faut que je les laisse grandir.

Il y a le "Non", quand je suis en colère...qui du coup, répond à un besoin à moi, non satisfait (mais ça, c'est un autre sujet).

Il y a le "Non", préventif, quand je suis surprise par leurs demandes....et souvent, le temps de la reflexion m'amène à dire "oui".

 

Et puis, il y a le fameux "Non" que j'apprends encore à certains de mes enfants :

Le "Non" à un camarade de classe trop directif dans sa façon de faire.

Le "Non" pour ne pas accepter d'entendre des mots qui peuvent faire mal.

Le "Non" pour se faire respecter en tant qu'individu.

 

Oui, parfois, il faut dire "Non" pour se faire entendre...se faire respecter.

J'ai mis 40 ans avant de pouvoir dire "non".

Mes enfants sont les premiers à m'avoir appris à dire "non" et j'ai mis des années à le mettre en pratique dans ma vie d'adulte.

Comme je l'ai dit encore hier au soir, à l'un de mes enfants, il ne faut pas avoir peur de dire "non".

 

Il ne faut pas avoir peur de dire "non" de peur de ne plus être aimé.

 

On ne dit pas "oui" pour être aimé...sinon c'est que ce n'est pas un vrai "oui"...et c'est là, que la souffrance commence, car la seule et unique personne à qui on doit dire "oui", c'est d'abord soi-même.

 

40148f2ffd5b92f843cda16b23a9af0b--non-non-alb

photo trouvée sur le net

Séverine

Posté par Maman de tribu à 06:42 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 septembre 2017

Maman ? Qu'est ce qu'on fait ce week end ?

 

"Maman ? Qu'est ce qu'on fait ce weekend?"

Voilà, la question que m'a posée Mad'moizelle 11 ans et demi, hier au soir.

"Rien"

Voilà, la réponse que je lui ai faite.

 

Ah, ah, j'adore avoir cette réponse que mes enfants connaissent bien.

Ne RIEN faire.

Ah, ah !

Quand on est une maman !

Ah, ah !

Derrière ce RIEN, se trâme des tas de choses à faire...sauf que cette fois-ci, je m'oblige à ne pas avoir d'horaires à respecter, ni à avoir la toute petite obligation quelconque.

Juste, 

faire les choses quand elles se présentent.

Et puis, parfois, souvent, se cache derrière ce rien, des tas d'imprévus, des visites surprises et ce Rien se change en Tourbillon..mais, là, à l'heure où je vous écris, il est à peine 7 heure et demi du matin, les enfants dorment encore et j'ai envie de m'amuser à vous faire la liste du RIEN que j'ai prévu ce week end.

- Lancer une ou deux machines de linge, faire sécher le linge puis le ranger.

- Préparer la liste des courses alimentaires avec les enfants, voir ce qui manque, leurs besoins et leurs envies. Planifier les repas de la semaine à venir puis aller faire les courses avec mesd'moizelles 7 ans et demi et 11 ans et demi, tranquillement, en papotant, et en pouffant des bêtises que l'une d'elle racontera, encore une fois.

- Prendre le temps de passer le peigne à poux dans la tête de mes 4 chevelus. Retour d'école et de vie en collectivité oblige. Traiter si nécessaire.

- Cuisiner des friands au fromage par dizaine (il n'y en a jamais assez) faits maison, des pizzas (maison), des blancs de poulets sautés à la sauce soja et peut être même une petite sauce au curry.

- Nettoyer la salle de bain de fond en comble (comme chaque semaine) et puis aussi le réfrigérateur.

- Prendre le temps de jouer à des parties de Candy crush avec Mad'moizelle 7 ans et demi, parce qu'elle adore que l'on y joue ensemble. C'est notre moment à nous. Notre moment où on pousse des cris de joie quand on passe un niveau.

- Demander aux garçons et puis aussi aux filles de ranger leurs chambres selon ma méthode.

- Trouver le temps de me poser et de lire une revue achetée, il y a plusieurs semaines déjà et que je n'ai toujours pas pris le temps de lire.

- Aller au parc pour que Monsieur 9 ans fasse du vélo. Monsieur 9 ans vient de se découvrir une nouvelle passion pour le vélo. Alors, on va faire dès que possible du vélo (enfin, lui) au parc. Moi, en trottinette. Les filles en rollers. Et fiche la paix à Monsieur 12 ans, qui est ravi d'être tranquille à la maison. Une fois au parc, je vais m'asseoir dans un coin, tranquille, les enfants vont rouler où bon leur semble (sous mon oeil vigilant). Moi, je vais prendre mon livre de révision pour mon CRPE...à moins que je ne rencontre, par hasard, une copine et que l'on se mette à papoter.

- Ouvrir plusieurs fois mon agenda familial pour planifier ma semaine au fur et à mesure que les idées viendront.

- Signer, lire, les cahiers et les mots que les enfants m'auront ramenés de leurs écoles.

- Surveiller que les devoirs de ma CE2, de mon CM1, de ma 6ème, et de mon 5ème soit faits.

- Appeler en vidéo Mad'moizelle 19 ans (qui habite à 100 km) pour savoir si tout va bien (depuis hier).

- Appeler Monsieur, bientôt 21 ans, (qui habite à 350 km) pour savoir si tout va bien.

- Trier les vêtements d'été, les ranger, parce que l'automne est arrivé.

Voilà,

Voilà, pour le moment, tout ce Rien qui est déjà prévu...

Il faut prêter attention à la signification de ce fameux Rien.

 

Parfois le mot Rien est rempli de  petits riens qui sont, au final, l'essence même de la Vie.

 

IMG_20170923_080048941

Posté par Maman de tribu à 08:43 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

18 septembre 2017

Apprendre à attendre pour perdre ses kilos post-grossesse.

Ce billet est un coup de "calcaire" , ce n'est pas souvent que cela m'arrive mais là, j'en ai marre.

Vous allez me dire je n'ai qu'à pas lire les sites people, oui, bon, ben, cela m'amuse (de moins en moins) de savoir qui se marie, qui se sépare, qui a des enfants...Et là, c'est en lisant (encore une fois) qu'une célébrité a retrouvé sa taille de guêpe 15 jours après sa grossesse, que la colère m'a prise. De plus en plus on voit des "femmes people" retrouver leur ligne très peu de temps après l'accouchement !!!!

Mais, qu'elles arrêtent ! Que l'on arrête de culpabiliser les femmes, normales, qui mettent plusieurs mois, voire plusieurs années pour retrouver leur poids de forme, leur silhouette après leur grossesse.

Stop !

Mais vous croyez quoi ? Qu'en plus d'avoir complètement la tête en vrac avec l'arrivée de bébé, on a le temps, nous, les femmes normales, de se pomponner et de pouvoir s'afficher déjà 1 mois après la naissance de bébé avec son pantalon d'avant grossesse.

Je ne dis pas que pour le premier ce n'est pas entièrement possible, bon, moi, perso, cela ne m'est pas arrivé. Mais, oui, paraît-il, il y a des femmes qui arrivent à remettre leur pantalon d'avant grossesse au retour de la maison...???...mytho ? 

Je ne juge pas.

Je souhaite juste que l'on arrête de charger la culpabilité des femmes, déjà grande, face à leur silhouette d'après accouchement.

Je dis souvent, et oui, ça yest , 45 ans, et je radote déjà : "On met 9 mois à mettre un enfant au monde, il faut s'accorder 9 mois de plus pour "effacer" les traces de la grossesse de notre corps."

S'accorder le temps de...

Apprendre à prendre le temps de...

Dans une société, où tout doit aller toujours plus vite : dire stop.

Dire, et si on se laissait le temps de...

c'est presque un acte de rebéllion, non ?

_250ventre-femme-enceinte

(photo trouvée sur le net)

Soyons douce avec nous.

Soyons douce avec notre corps.

 

 

Séverine.

 

Posté par Maman de tribu à 06:49 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

12 septembre 2017

Apprendre à avaler le crapaud

timthumb

 (photo trouvée sur le net)

 Cet été, j'ai fait une drôle découverte sur moi même grâce à Lysie :

 Je ne sais pas planifier.

Je connais à peu près toutes les méthodes d'organisation, toutes les méthodes pour être efficace, pour prendre soin de moi et des autres,

mais,

je suis réfractaire,

pas à l'aise avec la planification.

Je me suis donc initiée avec l'aide de Lysie et du M3 à la planification dans ma vie.

J'ai fait des pas de géantes.

J'ai mis en place des choses incroyables (pour moi).

Je viens de recevoir deux publications de Mind Parachute, dans ma boite mail, concepteur de vidéos très instructives qui concernent justement la planification pour être efficace dans sa vie. 

Je ne peux que vous les partager.

Je vous souhaite d'avoir envie vous aussi de vous mettre à la planification et d'optimiser tout votre temps dans votre vie.

Optimisez votre temps et votre efficacité : avalez le crapaud de Brian Tracy

Devenez un pro de la gestion du temps : avalez le crapaud de Bryan Tracy

Séverine.

Posté par Maman de tribu à 16:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :